rbl architecture paysagère

Sources renouvelables

Origine de notre courant : 90% est en provenance des centrales hydroélectriques du Seujet, de Vessy et de Chancy-Pougny et 10% est solaire.

 

Nouveau   

Microphon.jpg   

Nouveau Outils de calcul par-feu contre les feux de forêts      

St. Aubin Sauge Neuchâtel

  • slide
  • slide

    Situation avant la construction

  • slide
Client Fond d'investissement
Domaine d'activité Architecture
Compétences

Mandat : projet 2011, exécution 2019/2021

Maître d’ouvrage : Fond d'investissement

Architecture : A Carré SA

Architecture paysagère : rbl architecture paysagère

Coûts des aménagements extérieurs sans honoraires : CHF 1.4 Mio.

Parcelle: 14'735m2

Aménagements extérieur : 7'903m2

 

La mollière, St. Aubin

Sur le site on distingue le coteau jurassien et son socle de roche calcaire et l'ancien rivage plat. C'est une configuration typique des bords du lac de Neuchâtel. Il est essentiel de profiter de la multitude des situations topographiques, géologiques et environnementales pour créer un espace extérieur de qualité. L'histoire, le cadre et l'architecture symétrique ouvert vers le lac

La situation unique au bord du lac est synonyme de beauté, de repos, de tranquillité.

Trois biotopes bien différents se trouvent sur le site: un sol aride sur une roche calcaire, la falaise et un remblais sur l’ancien rivage avec une nappe phréatique proche de la surface.

 

'la mollière', St. Aubin

Etymologie

L’endroit, où se situe le futur lotissement, est appelé 'la mollière'. A l'origine le mot ‘mollière’ désignait une carrière de marne. Sur ce site se trouvait vraisemblablement une carrière de marne, une matière argilo-calcaire utilisé jadis pour solidifier les routes et les places. Cette matière est utilisée aujourd’hui pour les revêtements de tennis en terre battus.

(Mollière vient de Maillière: mine de marne, puits à marne, marnière, fondrière)

 

Analyse historique

D’après les anciens plans (1880-1945) le site était aménagé dans le style des jardins français et comportait des éléments naturalistes: alignement d'arbres perpendiculaire au lac et bosquets, grottes et cascades artificielles.

Le parc du rivage à probablement accueilli quelques arbres de collection d'outre mer, très rependu dans les années 1900, le Sequoiadendron giganteum et le seul représentant existant sur le site. Le séquoia géant, et un phénomène de la nature. S'il n'atteint pas les records de hauteur du Sequoia semperivrens il le dépasse largement en grosseur puisque son tronc a des dimension impressionnantes. Il peut atteindre 10 mètres de diamètre pour un âge compris entre trois mille à quatre mille ans.

Dans la partie centrale de la falaise se trouvent deux grottes avec une cascade artificielle. Cet construction est encore intacte.

Un grand bassin délimite la parcelle du port au sud. Un mur en pierre naturelle délimite la partie nord du bassin. Deux phases de constructions sont visible sur le mur, car on distingue deux matériaux différents. Um cheminement et une bordure en pierre naturelle longent le mur. L'origine de cette pièce d'eau n'est pas connu. Mais c'était probablement un port ou un étang de plaisance avant la deuxième correction des eaux du jura en 1968. Ce qui est confirmé c'est la rive avant la première correction des eaux du jura en 1887. Le niveaux du lac était 2.50métres plus haut qu’aujourd'hui.

 

Présentation du concept général

 

Sur le site on distingue le coteau jurassien et son socle de roche calcaire et l'ancien rivage plat. C'est une configuration typique des bords du lac de Neuchâtel. Le cheminement, la rivière, le pontet et la plantation vont unifier ce lotissement.

 

Les enjeux du paysage

Il est essentiel de profiter de la multitude des situations topographiques, géologiques et environnementales pour créer un espace extérieur de qualité.

Stratégie: rendre visible et accentuer les éléments présents

l'histoire, le cadre et l'architecture symétrique ouvert vers le lac

La situation unique au bord du lac est synonyme de beauté, de paix, de repos, de tranquillité.

Stratégie: renforcer l’ambiance du bord du lac.

 

Les enjeux végétales

Trois biotopes bien différents se trouvent sur le site: un sol aride sur une roche calcaire, la falaise et un remblais sur l’ancien rivage avec une nappe phréatique proche de la surface. Ces lieux définissent le choix des plantes.

Stratégie: choisir les espèces les mieux adapté au site.

 

Interventions

Zone d'habitation, zone hôtellerie/habitation et zone bord de la rivière 'le pontet'

 

Zone d'habitation:

Cette zone se situe sur un terrain en forte pente, une sorte de promontoire sur un socle rocheux, qui se termine en falaise plus ou moins abrupte. La falaise formait le rivage avant les deux corrections des eaux du jura.

Deux alignement d'arbres sont placé au nord et entre la rangée nord et sud. Ces arbres ont pour but de préserver l’intimité des habitants, ils créent un écran végétal. Les contraintes pour le choix des espèces: sol sur rocher, sec, versant sud, calcaire, hauteur maximale 12 mètres(nord) et 6-12 mètres(entre les bâtiments), arbres à embranchement bas, coloration automnale (jaune, orange), densité des branches, indigène et sans entretien. Espèce nord: charme, espèce sud: érable et Lilas. L’alignement nord est planté à 4 mètres de la route cantonale.

La limite nord de la propriété

Un mur en pierre naturelle longe l'avenue de Neuchâtel. Il protège du danger potentiel d'un éboulement selon le plan des dangers naturels. Les pierres proviennent de l'excavation du site où d'une carrière de la région.

 

Zone hôtellerie/habitation:

Plusieurs arbres solitaires de collection vont joindre le Sequoia gigantea.

Stratégie: cadrer la vue sur le lac depuis l’hôtel et les appartements. Aménagement représentatif de maison au bord du lac.

 

Les arbres solitaires de grande taille vont rejoindre le Sequoia gigantea pour équilibrer ce parc. Les espèces vont donner une allure de peintures paysagères selon les saisons: vert clair au printemps, vert foncé en été et jaune orange à rouge pourpre en automne. La plantation sera plus dense sur les abords. Ce qui est aussi le souhait des deux voisins!

L’étang et ses anciens murs, le parking et le cheminement sont entourés de graminée géante. Depuis les appartements inférieurs, les voitures ne seront plus visibles. Un mur sinueux, qui évoque le rivage, sépare les graminées des espaces privés.

 

La falaise

La falaise est mise en évidence, elle est nettoyée et laissée apparente. La zone falaise à été définit selon la règle: une pente égale ou plus à 60%= falaise. Il n’y aura pas de remblai sur la roche.

De l’eau coule en permanence entre les couches rocheuses. Cette eau est recueillie par un aménagement (bassin ou autre).

Les deux grotte font partie de la falaise. La cascade en tuf calcaire est à maintenir.

 

La rivière le pontet

La berge de la rivière est revitalisée. Toute la berge est réaménagée sur une largeur de 8 mètres.

Stratégie: offrir de l’espace à la rivière et proposer différent biotopes pour une biodiversité plus abondante.

Sur Le haut de la rivière, le lit de la rivière est rocheux et en forte pente, arbustes et prairie s’alternent. Sur le bas de la rivière, la partie inondable de la berge est élargie pour offrir plus de sécurité en cas de grande cru. La berge est également plantée d’arbustes et de plantes du milieu naturel favorisant sa colonisation. Ils sont prévues pour éviter la propagation de la renouée du japon (Fallopia japonica) déjà présent sur le site.

 

Les revêtements perméable et imperméable

Pour des questions de d'entretien, de sécurité et des pentes les cheminements ont des revêtements imperméable ou semi-perméable Les autres surfaces ont un revêtement argilo-calcaire.

 

Les cheminements

Le site est très accidenté. Dans l'axe nord-sud un seul cheminement est proposé sans escalier. Il suit un sentier existant sur le site. Dans l'axe ouest-est tous les cheminements suivent les courbes de niveau.